cueillette

Publié le par Jacqueline PERRONNEAU-GADREAU


C'est la cueillette d'un essaim ( de taille fort honorable) sur le feuillage bordant le jardinet d'une maison individuelle d'un tranquille quartier dijonnais qui a rempli notre soirée

Nous avons donc testé notre nouveau "cueille-essaim", qui s'avère bien utile


C'est en fait  un "sac" en toile de coton, fixé sur une monture métalique articulée, où une douille permet d'y racorder un long manche, une perche, pour le cas où l'essaim se trouverait en hauteur.

L'ouverture permet d' "ensacher"  l' essaim à l'intérieur ( c'est vrai que le mot "cueillir" est plus joli que " capturer" ).
Personnellement, je trouve que cette ouverture est à peine suffisante en cas d'essaim volumineux; il semble qu'on puisse fermer  cette ouverture avec une cordelette qu'on manie depuis le sol ( dans le cas présent, pas besoin, l'essaim était à hauteur d'homme sur un seringa en boutons).

On approche la ruche sous l'essaim ( là on apprécie pleinement la ruche Nicotplast, moins lourde que les ruches en bois) puis on ouvre le fond du sac, qui était obturé par un lacet noué.

Je crois que je vais coudre en partie le milieu de ce lacet  sur le bas du sac, car on risque de l'échapper dès que le flot d'abeilles descend, et le lacet se perdra dans l'herbe..

Et voilà notre essaim "enruché"...
.
Ne reste plus qu'à répondre aux questions  des voisins, rassemblés à distance prudente pour observer les opérations.
Les  enfants s'intéressent beaucoup à la vie des abeilles et les questions fusent jusqu'à la nuit tombée..

Ci-dessous un article relatant les particularités d' un essaim
http://www.honighaeuschen.de/index.php?id=1054&L=3

Publié dans MATERIEL

Commenter cet article