transvasement

fatras-sruches.jpg Le prédécesseur qui avait remis les ruches à Joël avait laissé à l'écart du rucher, de très très vieilles ruches inhabitées ( les peuplées avaient été transvasées par nos soins); restaient des " vieilleries" à détruire, mais manque de temps..

 

Quelle ne fut pas notre surprise d'en trouver une , peuplée, ces jours derniers,  bien vivante, et fort alerte..

visite immédiate: .en excellente santé !!

donc on va la transvaser dans une demeure plus..moderne !

vieille-ruche-CC.jpgavons trnsporté avec beaucoup de précautions la batisse branlante

vielle-ruche-sans-toit.jpg

 

elle avait un lourd tapis qui la protégeait des rigueurs hivernales ( a résisté aux grands froids de février!!)

 

 

 

 

 

 dessus-de-la-vielle-ruche.jpgvoici ce que l'on trouve sous la toile:

les abeilles, fidèles à leur instinct, ont construit tout le nid à couvain dans la hausse, puis celui ci se poursuit dans le corps de ruchedessus-du-corps-vieille-ruche.jpg

les cadres se décollent quand même assez bien, mais tout le couvain est enchevêtré !!construction-anarchique.jpg

 tout-enchevetre.jpg

donc, nous prenons notre courage à deux mains, et installons ces cadres ( plus hauts que nos cadres de hausses,) donc dans deux hausses Nicot superposées

le but étant de faire descendre les abeilles au fur et à mesure qu'elles naitront, dans le corps de ruche nouveau; la grille à reine empêchera que la reine ne revienne pondre dans ces cadres introduction-cadres-gaufres.jpgde haussecadre-de-hausse-vielle-ruche-avec-couvain.jpg cadres-vieux-dans-double-hausse-Nicot.jpg

on  introduit des cadres gaufrés et bâtis dans un bon corps de ruche , et on secoue dans cette ruche ( et devant sur une tôle) les abeilles avec leur reine; la colonie est populeuse

on-secoue-les-abeilles-dans-la-ruche-nouvelle.jpgon place la grille à reine, et on pose  dessus l'ensemble "deux hausses/vieux cadres"

montage.jpgnueva-casa.jpgne reste plus qu'à brûler toutes les vieilleries ( hormis couteau, balayette et la brouette!)

 

à brûler

quelques brèches ne contenant que du nectar et pas de couvain  ( mais que la cire est noire !)  ont été rapportées à la maison; une fois pressées, ce miel, riche en eau, d'un jaune clair, s'avère être essentiellement un miel de pissenlit ( me plaît pas trop !!) , peut être un peu de fruitiers :  verger proche); en tout cas, pas de champs de colzas  à proximité.

Voilà une souche d'abeilles qui est sans doute résistante...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :