les ennemis de nos abeilles

 

Le nouveau CRUISER:

lire l'article du Bien Public

  • Actualité
  • Ajoutez "Actualité" à vos tags favoris

Côte-d'Or - Agriculture Les apiculteurs "dégoûtés" par l'autorisation du Cruiser sur le colza

Notez cet article :

1
2
3
4
5
le 20/06/2011 à 16:18 par Marie Morlot avec AFP Vu 259 fois
abeilles

abeilles

L’Union nationale de l’Apiculture française (Unaf) a fait état, en fin de semaine dernière, de son "dégoût" après la décision du ministère de l’Agriculture d’étendre l’autorisation du pesticide Cruiser au colza, affirmant qu’il s’agit d’un "nouveau coup porté à nos abeilles".
Le ministère de l’Agriculture a délivré mi-mai "une nouvelle autorisation de mise sur le marché à Syngenta pour un nouveau Cruiser pour le traitement des semences de colza", écrit l’Unaf dans un communiqué de presse.
Le MoDem 21 et Cap21 solidaires

"C’est un nouveau coup porté à nos abeilles. Nous constatons avec dégoût le désintérêt du ministère pour notre cause et nous redoutons un printemps silencieux dans les plaines du colza", a déclaré M. Belval, dans le communiqué.
Le colza restait "une des rares cultures non traitées d’un attrait majeur pour nos colonies d’abeilles", écrit l’Unaf.
Localement, le groupe Ecologie et Démocratie Côte-d’Or s'est déclaré "solidaire" du combat mené par l'Unaf. "Il semble important de dénoncer l’autorisation de mise sur la marché du pesticide « cruiser »  responsable d’un véritable « Fukushima » apicole, cette autorisation est une honte, elle fut donnée en plus le jour de la journée « api - days », explique Marien Lovichi, membre du MoDem 21.

Cap21 s'est aussi associé à l'inquiétude des apiculeurs, en dénoncant, dans un communiqué de presse, une "décision plus contestable, d'autant que le colza restait une des rares cultures non traitées et d’un attrait majeur pour les abeille."

Le pesticide incriminé est le Cruiser OSR qui contient deux fongicides et le thiaméthoxam. L'insecticide inquiète particulièrement les apiculteurs car, selon eux, il se retrouve dans la sève et jusque dans les fleurs des plantes, et reste dans la terre pendant trois ans, contaminant les cultures suivantes.
Les autorisations de mise sur le marché du Cruiser, commercialisé par le groupe suisse Syngenta Agro, données en 2008 et 2009 par le ministère de l’Agriculture, avaient été annulées par le Conseil d’Etat, qui avaient ainsi répondu aux plaintes déposées par des organisations d’apiculteurs et écologistes.
Le Cruiser, devenu illégal en 2010, a été remplacé par le Cruiser 350. "C’est pour nous exactement le même produit, ce n’est qu’une pirouette juridique", a déclaré à l’AFP M. Belval. Pour cette raison, l’Unaf a demandé auprès du Conseil d’Etat l’annulation des autorisations délivrées pour 2010 et 2011 pour le Cruiser 350, utilisé en enrobage de semence sur